Architecte d’intérieur, quel statut juridique choisir ?

Si vous désirez vous lancer en tant qu’architecte d’intérieur, vous avez un certain nombre de statuts juridiques possibles pour pouvoir mener à bien votre activité professionnelle à votre propre compte. Quels sont alors ces statuts juridiques et que faut-il comprendre de chacun d’eux ? C’est ce que nous allons commencer à décrypter pour vous dans les lignes à suivre de cet article de manière à ce que vous puissiez savoir de quel côté creuser par la suite pour faire un choix judicieux.

Statuts accessibles à un architecte d’intérieur

Notez pour toutes celles et tous ceux qui s’informeraient bien en amont qu’avant de prétendre à un statut juridique pour ce métier, vous devrez d’abord disposer de quelques années d’expérience sans lesquelles vous n’allez pas pouvoir vous installer à votre compte.

Statut juridique : autoentrepreneur architecte d’intérieur

Cette perspective intéresse un grand nombre de personnes, car elle permet de travailler à son propre compte sans se soucier d’avoir des employés à charge et de bénéficier de démarches allégées. Ici, la comptabilité est simplifiée et les procédures administratives sont aussi limitées pendant la création du cabinet personnel. La perspective est donc alléchante sur différents points et vous pourrez pleinement vous concentrer sur le fait d’être un bon architecte d’intérieur et même si vous n’êtes pas très à l’aise sur le plan administratif, vous pourrez tout de même vous lancer facilement avec cette option. En plus de cela :

  • Vous profitez d’une grande indépendance grâce aux textes qui réglementent le cadre de l’autoentreprise ;

  • Vous serez exempté de TVA et donc de toutes les déclarations chronophages qui l’accompagnent.

Vous ne serez pas soumis à la déclaration de la TVA parce que le statut dont il s’agit ici est en franchise de taxe sur la valeur ajoutée.

Autre avantage de taille, il vous sera très facile de combiner ce métier avec d’autres activités salariées. À l’inverse, l’imposition n’est pas toujours avantageuse, notamment si vous avez des dépenses puisque vous êtes imposé sur les entrées d’argent et non pas sur les bénéfices. Ce régime ne vous protège pas non plus de la même manière qu’un statut de salarié.

Il faut signaler que ce statut juridique ne vous permet pas de dépasser 72 500 euros par an pour votre chiffres d’affaires (CA). Au cas contraire, vous allez devoir déclarer la TVA et atteindre au maximum 34 400 euros. Autrement dit :

  • Pour rester architecte d’intérieur qui exerce en autoentrepreneuriat, vous allez devoir faire mensuellement un CA qui ne dépasse pas 6041,67 euros ;

  • Et pour être un architecte d’intérieur qui exerce en autoentrepreneuriat en franchise de TVA, vous allez devoir atteindre mensuellement un CA de 2866,67 euros.

Vous pouvez voir clairement à travers ces explications que le statut juridique d’auto entrepreneur présente à la fois des avantages et des inconvénients. À vous donc de bien élaborer votre plan d’évolution souhaité afin de savoir comment gérer les choses dans l’un ou l’autre des cas. Par contre, si à cause des contraintes vous ne désirez pas vous lancer avec ce statut, il en existe d’autres pour vous accompagner.

Autres statuts juridiques qui concernent les architectes d’intérieur

Mis à part le statut d’autoentrepreneur, si vous voulez avoir plus de facilité avec le chiffre d’affaires, vous pouvez envisager de créer un cabinet ou une agence. La différence qui se situe entre ces deux options est le nombre des employés que vous aurez à votre charge.

Création d’un cabinet d’architecte d’intérieur

Pour l’installation d’un cabinet, vous devez vous poser des questions sur l’évolution de l’entreprise dans le temps. Si vous êtes seul pour la création du cabinet, vous pouvez choisir le statut d’Entrepreneur individuel à Responsable limitée (EIRL) ou le statut d’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité limitée (EURL). Vous pouvez aussi choisir le statut juridique de SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle).

Dans tous les cas, il est important de prendre le temps pour définir vos objectifs principaux. Ce qui est évident, c’est qu’avec l’EIRL, l’EURL ou la SASU, vous allez pouvoir créer facilement le cabinet sans grandes contraintes administratives. Néanmoins, vous devez savoir que vous ne pourrez plus étendre le nombre d’employés avec une EIRL et une SAS, cette option n’étant possible qu’avec une EURL.

Pour le régime fiscal, il vous faudra choisir entre l’EURL et la SASU en pesant bien le pour et le contre. S’il le faut, vous pouvez solliciter l’accompagnement des organismes de création d’entreprises afin d’avoir plus de précision. Ces derniers sauront vous guider efficacement si vous leur posez les bonnes questions.

Création d’une agence d’architecture d’intérieur

agence d'architecture d'intérieur

Si vous avez à l’idée de vous lancer dans l’architecture d’intérieur et de devenir maître d’œuvre avec une structure qui puisse à terme employer plusieurs salariés, il vous faudra alors choisir le statut juridique de SARL ou de SAS. Ces deux statuts juridiques signifient respectivement « Société Anonyme à Responsabilité Limitée » et « Société par Actions simplifiées ». Ils vous permettront de recruter après la création de l’entreprise des collaboratrices et des collaborateurs dont :

  • Un(e) secrétaire administratif/ve ;

  • Un(e) collaborateur/trice ;

  • Un(e) responsable marketing et communication

  • D’autres architectes et décorateurs / décoratrices d’intérieur ;

  • Des agents polyvalents, etc.

Comme vous le savez, l’architecte d’intérieur est un spécialiste qui intervient pour la conception et la mise à exécution des plans d’aménagement d’espaces intérieurs fonctionnels. Il travaille à donner une touche esthétique, confortable suivant le goût de ses clients en jouant sur les accessoires de lumières, les meubles et tout ce qui pourrait apporter un plus à la déco. Il veille au respect du budget dont disposent les propriétaires de maison et fait en sorte de proposer des idées originales.

Un cadre d’exercice qui amènera le ou les architectes d’intérieur à s’entourer ou à faire appel à de nombreux partenariats.

Si vous êtes sur le point de vous lancer comme un architecte d’intérieur, il vous faudra bien réfléchir à la bonne position sur le plan juridique. Vous avez le choix entre les différents statuts juridiques que nous avons vus et il vous faudra choisir parmi eux en considérant vos objectifs à court, moyen et à long terme.